Spectacles

En 2019 :

« Tout mon amour »

de Laurent MAUVIGNIER

Reprise en octobre 2019 au Théâtre du Grenier – Bougival (78)
Au Théâtre des Loges  – Pantin (93)
   Du 18 janvier au 3 février 2019
Au Théâtre de la Girandole -  Montreuil (93)
   Du 12 au 17 juin 2018

Tout mon Amour, un huis clos familial qui emmène le spectateur dans les méandres de l’âme humaine.

Trois personnes (un couple et leur fils) se retrouvent confrontées 10 ans après à leur passé.
A l’occasion de l’enterrement du patriarche, le Père, la Mère, le Fils reviennent sur les lieux où s’est déroulé l’évènement qui va faire basculer leur vie : la disparition de “Elle”, Elisa, leur Fille, sa Soeur.
“Son retour” va réveiller souffrances et laisser libre cours aux ressentiments, aux non-dits.

« Tout mon Amour”: une symphonie de la colère et de la douleur en 14 mouvements. Mais aussi et surtout une danse de l’Amour…

En 2018 :

« Fragments de vie »

D’après les pièces courtes de Daniel KEENE
et « Les oiseaux maladroits » de Françoise du CHAXEL

Au Bouffon Théâtre – Paris 19e
Du 19 au 25 juin 2018

Dans « Fragments de vie », Daniel KEENE & Françoise du CHAXEL donnent la parole aux laissés pour compte, aux démunis, aux Sans-Abri, à des femmes et des hommes en quête d’amour ou de reconnaissance.

Fragments de vie : un cri de solitude à plusieurs voix…

C’est aussi la rencontre avec deux auteurs engagés qui possèdent l’art de saisir la vérité des êtres et la vérité d’une société.

 

« Fractures »

d’après « Le Dieu du carnage »
de Yasmina REZA

Au Centre de Création d’Art Scènique « Le Magasin » -  MALAKOFF (92)
Du 6 au 9 juin 2018

Une dispute entre deux enfants
La rencontre de deux couples : leurs parents respectifs
Et la fête commence !

Yasmina REZA signe une comédie de mœurs corrosive et jubilatoire.
A ne pas manquer.

 

 

 

 

 

 

 

En 2017 :

« Les jurés »

Une adaptation à 7 personnages
de « Douze hommes en colère » de Réginald ROSE

Au Théâtre des Loges – Pantin
Juin 2017 – premières représentations juillet 2016

Salle de délibéré. 7 hommes vont devoir statuer sur le sort d’un adolescent noir de 16 ans accusé d’avoir poignardé son père.

Les règles leur sont clairement exposées au préalable par le juge : chacun va devoir s’exprimer et le jugement devra être unanime pour être validé. Si l’accusé est déclaré coupable par les 7 jurés, celui-­ci sera condamné à la chaise électrique. Lors du premier vote, tous le jugent coupable excepté le Juré 6 qui ose exprimer un doute sur la culpabilité du jeune homme.
Dès lors, le débat commence…

Réginald ROSE fut lui­-même juré dans une affaire assez macabre et de cette expérience est née « Douze hommes en colère », pièce écrite en 1953.

Une pièce remplie d’humanité, profondément actuelle, où les travers de la bêtise humaine sont omniprésents. Un suspense enlevant qui vous tiendra en haleine du début à la fin.

« Les Mangeuses de chocolat »

 de Philippe BLASBAND

Au Théâtre du Temps – Paris 11e
du 22 au 30 juin 2017

Trois femmes en proie à une passion dévorante pour le chocolat.Et désireuses de se désintoxiquer prennent part à une thérapie de groupe.Trois femmes qui sont là, chacune avec son passé, ses fêlures, sa susceptibilité.Trois femmes, et une thérapeute qui s’acharne à trouver chez ses patientes un « évènement délencheur »…
Derrière la légèreté apparente du propos, Philippe BLASBAND nous livre une observation très fine du comportement d’un groupe de gens qui se sont réunis pour effectuer une remise en question profonde.
On retrouve ici toute la vulnérabilité, l’espèce d’équilibre émotionnel instable et les débordements que cette situation entraîne, tout cela traité avec élégance, pudeur et une pointe d’humour.

« Le Horla »

de Guy de MAUPASSANT

Au Bouffon Théâtre – Paris 19e en mars 2017
Au Quai 3 au Pecq (78) le 28 février 2017
A la salle de spectacle du lycée Perceval – Chatou (78) en juin 2016

Affiche Le Horla

 Au fil de la lecture de cette œuvre qui se présente comme un journal intime, on ne peut s’empêcher de faire le parallélisme avec la biographie de l’auteur, souffrant de syphilis, une maladie dont il est mort à l’âge de 42 ans et dont les crises occasionnaient d’insupportables migraines le faisant plonger peu à peu dans la folie.

« QUI EST CE « HORS-LÀ » ?

Qui est l’Autre ? L’Autre… celui qui me suit jusque dans l’intimité de ma chambre. Est-ce mon double ? Est-ce une entité obscure venue de l’au-delà ? « Le Horla » fascine parce qu’il explore les tréfonds de la folie et laisse le narrateur devant l’ultime résolution de sa vie.

Voilà un bien étrange voyage à vivre en compagnie de cinq comédiennes.

 En 2015 :

« Trois versions de la Vie »

de Yasmina RÉZA

Au Théâtre des Loges – Pantin du 23 janvier au 1er février 2015
Au CNAM – Paris 3e le 3 décembre 2014
Au Bouffon Théâtre – Paris 19e du 7 au 8 juin 2014

Deux femmes, deux hommes, deux couples et que la fête commence !

En 2011 :

« l’Hôtel des Deux Mondes »

d’Eric-Emmanuel SCHMITT

Au théâtre de Ménilmontant, 15 rue du Retrait, Paris 20e, du 29 novembre au 4 décembre 2011.
Au théâtre des Loges – Pantin  les  17, 18 et 19 juin 2011

Affiche L'Hotel des 2 Mondes

« L’Hôtel des deux Mondes »

Un lieu entre la Vie et la Mort
Une passerelle vers l’inconnu

Où allons-nous une fois plongés dans le coma ? Eric-Emmanuel SCHMITT répond à cette question en créant l’Hôtel des deux Mondes.

Dans ce lieu vont se croiser des personnages haut en couleurs qui sont dans l’attente du verdict final.

Pour les uns, cette attente est intolérable. Pour les autres, elle est une porte ouverte sur l’amour. Mais dans tous les cas, les dés sont jetés : il faut mourir ou vivre et entre-deux, chercher à l’instar du mage Radjapour le sens profond de l’existence.

Une pièce pleine d’humour et d’humanité qui pose l’éternelle question : qu’y a-t-il après la mort… Et qui donne plus que jamais envie de vivre et « de se délecter de chaque moment comme d’un bonbon ».

L’Hôtel des Deux Mondes ou une hymne à la Vie.

La Presse – À propos de l’Hôtel des Deux Mondes lors de sa création

« Cette pièce admirable se nourrit de philosophie et d’humanisme, avec un petit clin d’œil malicieux au « Huis clos » de Sartre. Ce spectacle d’une intelligence et d’une rare sensibilité a le mérite, de poser les questions essentielles sur le hasard, la chance et l’arbitraire de la vie, son mystère profond en même temps que toutes les raisons d’espérer.
Courrez vite voir ce spectacle à mi-chemin entre tragédie et comédie, d’une qualité exceptionnelle ! »
Actualités

« En ces temps où philosophes et dramaturges s’acharnent à nous faire partager leurs angoisses métaphysiques, on est reconnaissant à Eric-Emmanuel Schmitt, avec son « Hôtel des deux mondes » de laisser filtrer la petite flamme de l’espérance. » Le Parisien  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>